Lettera del Presidente Anai al Ministro della Cultura francese

Monsieur Frédérique  Mitterrand

Ministre de la Culture et de la Communication

3, rue de Valois,  F-75033 PARIS Cedex 03

Fax 00.33.1. 40158530

 

Turin, le 9 mai 2011

Monsieur le Ministre,

                                     J'ai eu le plaisir de Vous être présenté lors de l'ouverture de l'Alliance Française de Turin, et d'y apprécier Votre discours sur les liens culturels entre la France et l'Italie.

Or, c'est précisément à cause de ces liens que je Vous écris en ma qualité de président de l'Association Nationale des Archivistes Italiens.

Vous pouvez imaginer avec quelle surprise d'abord, et quelle alarme ensuite, a été reçue la nouvelle selon laquelle la directrice des Archives Nationales avait été relevée de ses fonctions.

Nous avons cru comprendre qu'on n'avait rien à lui reprocher quant à sa discrétion, à sa professionnalité, à son engagement généreux.

Il semble qu'elle doive expier non pas sa conduite personnelle, mais les protestations du personnel des Archives Nationales à l'encontre du projet d'installation d'un musée d'histoire dans l'ancien palais de Soubise, où les archives turinoises furent transférées à l'époque napoléonienne.  Un projet qui paraît priver les Archives de la possibilité d'attirer - par des expositions temporaires au coeur de Paris - l'attention d'un public souvent distrait, sur un bien culturel difficile.

Nous nous sommes interrogés sur notre devoir de fonctionnaires loyaux et d'archivistes scrupuleux.  Faut-il faire semblant de rien lorsque notre Administration nous paraît s'acheminer vers une décision qui semble contredire la mission qui nous est propre ?

Nous sommes conscients que la double nature des archives publiques (instruments d'efficacité administrative et de transparence démocratique, d'une part, et trésors culturels, d'autre part) nous oblige à les rendre accessibles et utilisables par des citoyens d'idées différentes, voire opposées.  D'ou l'obligation d'impartialité qui caractérise notre profession.

La délicatesse du problème ne nous échappe pas, puisque les majorités doivent pouvoir se succéder en réalisant à tour de rôle leur programme de gouvernement, tandis que les serviteurs de la fonction publique ne devraient pas etre mis en contradiction avec leur déontologie.

N'est-il donc pas légitime d'exprimer une forte perplexité face à la perspective que l'ancien siège parisien des Archives Nationales devienne le musée destiné à présenter la vision de l'histoire adoptée par les décideurs politiques en charge?

Constater qu'un bon archiviste puisse perdre son travail pour de telles raisons, nous laisse dans l'amertume et décourage profondément ceux qui s'efforcent de mettre chaque jour leur compétences et leur enthousiasme au service de l'intérêt général.

J'ai cru mon devoir de Vous faire connaître la tristesse que cette nouvelle a répandu parmi les archivistes italiens, particulièrement ceux qui aiment la France avec des sentiments qui ressemblent à l'amour de la patrie.

Je Vous prie donc d'agréer, Monsieur le Ministre, l'expression sincère de mes salutations les meilleures.

Marco Carassi

Président de l'Association Nationale des Archivistes Italiens




iscrizione
archivio news ed eventi
archiviando
Legge 4/2013
Sportello
sezioni regionali
cerca nel sito
ANAI, c/o Biblioteca Nazionale
Viale Castro Pretorio, 105 - 00185 Roma
tel. 06.491416 e-mail:segreteria@anai.org, anai@pec.net
Partita IVA 05106681009 - Codice fiscale 80227410588
realizzato da

regesta.exe - archivi digitali - xdams